L'IMPORTANCE D'ÉTABLIR UN PLAN DE FINANCEMENT

Avant même de chercher le bien de vos rêves, et au risque de devoir rapidement redescendre sur terre, Kenotte vous conseille vivement de bien estimer vos capacités d’emprunt ! Pour réaliser un plan de financement solide, votre castor préféré préconise de passer par 2 étapes, en gardant en tête qu’il est préférable de toujours conserver un peu d’épargne de côté. Elle pourra en effet se révéler bien utile : frais d’installation, mobilier, travaux ou réparations non prévues. Et oui, la chaudière qui lâche quelques mois après l’installation, ça n’arrive pas qu’aux autres…

1 – Faites une simulation !

De nombreux sites internet de courtage en prêt immobilier vous permettront de faire des simulations d’emprunt. Posez-vous les questions adéquates vis-à-vis de vos revenus : quelles échéances mensuelles puis-je raisonnablement assumer ? En cas de véritable coup de cœur, jusqu’à quel montant maximum suis-je capable de monter ?

Pour que cette simulation soit au plus proche de la réalité, pensez à vous renseigner pour savoir si votre situation personnelle vous donne droit à certaines aides pour obtenir un crédit à taux préférentiel, voire à taux zéro.

Plusieurs emprunts pourront se compléter : prêts privés ou sociaux et crédit bancaire.

2 – Consultez un ou plusieurs professionnels

Une simulation n’est pas suffisante pour aller à la rencontre des vendeurs ! Anticiper en amont a en effet un avantage non négligeable : plus votre plan de financement sera solide, plus cela rassurera le vendeur. Qui sait, cela vous permettra peut-être de négocier plus facilement une baisse du prix ?

Une fois la première étape franchie, prenez rendez-vous avec une ou plusieurs banques, ou encore un courtier en financement immobilier. Ils vous accompagneront pour affiner et finaliser votre plan de financement.

Une de vos priorités sera généralement d’obtenir un bon taux d’intérêt sur votre emprunt immobilier. Alors, comparez les offres, mettez les banques en concurrence, ou encore de faites appel à un courtier, qui négociera pour vous auprès de ces dernières.

Ne vous laissez pas aveugler par ce fameux taux…! Et si vous étudiiez de plus près les caractéristiques propres à chaque prêt ? Y a-t-il des frais annexes à ajouter, type « frais de dossier » ? Si oui, à quel montant s’élèvent-ils ? Le taux est-il fixe ou révisable ? Que se passe-t-il si vous souhaitez à l’avenir rembourser l’emprunt par anticipation, ou encore modifier le montant des échéances mensuelles, à la baisse ou à la hausse ?

Dans les 15 ou 20 ans à venir, il peut s’en passer des choses, dans votre vie !

Le saviez-vous ?

On entend souvent qu’il faut que l’apport personnel soit le plus important possible, pour rassurer la banque, qui devrait proposer un taux d’intérêt plus attractif. Sachez que de nos jours, en fonction de votre situation personnelle, les banques acceptent souvent que l’emprunt corresponde à la totalité de la valeur du bien immobilier, tant que votre apport personnel permet de couvrir les frais de notaire. Ceux-ci s’élèvent en moyenne à 8% du prix de vente.

Si vous avez des travaux à réaliser, le montant correspondant peut bien entendu également faire partie de l’enveloppe empruntée. Il s’agit de bien veiller à les chiffrer correctement. Au risque d’insister : nous vous rappelons qu’il est préférable d’emprunter un peu plus, sur une durée plus longue, afin de sécuriser votre épargne et de pouvoir faire face à toute situation !

 

Rejoignez-nous